Saint Roch, guérisseur de toutes les pestes
et maladies de peau.

Vie - Lieux de culte - Rayonnement...

 
 

 Allemagne

Berlin, musée du Moyen Age (Bode Museum).




Saint Roch souffrant : l'ange soigne sa plaie.

1515, peut-être de Biberac.




Saint Roch heureux, guéri ; il porte encore la coquille saint Jacques

et la croix qui l'identifient.

1720, Giovanni Giuliani.




Saint Roch au manteau long, sans aucun signe distinctif !

Vers 1770-80, de la région de Franken.




Saint Wendelin et saint Roch au manteau long.

Ils semblent du même artiste.

Saint Wendelin, le fils de roi en vêtement de berger : son tombeau est situé dans la ville de St. Wendel , située à 60 km au sud-est de Trèves ; depuis le moyen âge, c'est un lieu attrayant. Son culte comprend la bénédiction des hommes, des animaux et des machines agricoles le lundi de la Pentecôte, ainsi que l'octroi du droit d'asile auprès de son tombeau. Nous ne savons pas pourquoi il est associé ici à saint Roch



Saint Roch à la veste courte, sans aucun signe distinctif !

1770, Tirol.




Saint Roch à la veste courte et saint Wendelein.

Ils semblent également du même artiste.



Essen, cathédrale.









Genhofen.






Chapelle Zell, à côté d'Obesstaufen.










Schindelberg.








Chapelle de Weisach, construite en 1670.







Hollande




Durant l'épidémie de "grippe espagnole", en 1921, un religieux hollandais conçut le projet de raviver chez ses compatriotes la dévotion à saint Roch, guérisseur de toutes les maladies contagieuses.






 
 

Ainsi au XVème siècle, "on évoquait le thaumaturge à l'occasion d'une épidémie de peste qui avait éclaté dans la cité (Venise), et une Confrérie, qui existait alors en l'église saint-julien, se chargeait de diriger la supplication angoissée d'un peuple confiant." (Pierre Louis Maldura)


"Et Jean Pin ajoute que le très saint corps de saint Roch est l'objet à Venise d'un culte fervent, que de nombreuses guérisons sont dues à son intercession, que ce culte s'est propagé à Amiens, à Beauvais, à Arras, et dans d'autres cité de la gaule begique et celtique, ..." (Augustin Fliche)

Au cours de la Grande Peste, un tiers de la population de l'Europe périt, dont les deux tiers de la population de l'Italie. On compte 60 000 morts à Sienne, 10 000 à Florence, 60 000 en Avignon où se sont réfugiés les papes.


Saint Roch est particulièrement honoré en Belgique dans l'Entre Sambre et Meuse, à l'occasion de nombreuses Marches de l'Entre-Sambre-et-Meuse qui lui sont consacrées, dont principalement à Thuin (origine : 1654) et, le dimanche après le 15 août, à Ham-sur-Heure (origine : 1638) .

La chapelle St Roch à Ham-sur-Heure-Nalinnes, dans le Hainaut belge, près de Charleroi date de 1638. Une procession St Roch accompagnée de militaires sort chaque année depuis plus de 375 ans.
Photos sur le site
http://www.hshnal-online.com dans la rubrique "galerie" et quelques explications dans l'"histoire" de Ham sur Heure.

Dex chapelles se trouvent dans les communes du Parc Naturel Régional des Plaines de I’Escaut : Angre, Blaton, Harchies (vers 1600), Laplaigne, Onnezies, Peruwelz, Stambruges, Wadelincourt (avant 1790), Wiers.
Cette liste est issue d'une brochure "La dévotion à Saint Roch dans le Parc Naturel Transfrontalier du Hainaut", rédigée par l'Association des amis de Saint Roch d'Hergnies, en collaboration avec l'ARARCO (Association Régionale pour l'Aide à la Restauration des Chapelles et des Oratoires).

http://home.nordnet.fr/~jrmasson/jean-roch/saintroc.htm#Anecdotes




Acoz




Tous les ans, à Acoz, a lieu la "Marche de Saint Roch et de saint Frégo" ou Frégand, sint Frégo étant prié pour protéger les enfants des maladies infantiles.

En 1866, une épidémie de choléra répandit la terreur et une chapelle fut dédiée à saint Roch.
Tous les ans à lieu la Marche militaire pour remercier ces deux saints.

 




A Denée près de Maredsous, à l'école des Arts St Joseph:






Ferrière, Collège Saint-Roch de Bernardfagne





 

Bernardfagne, une longue histoire…


1820, repère dans la longue et capricieuse histoire du site de Bernardfagne: l’évêché crée cette année-là dans les batiments de l’ancien prieuré le «petit séminaire de Saint-Roch», premier établissement d’enseignement diocésain dans le pays de Liège. C’est depuis peu que le «petit séminaire» est devenu «collège Saint-Roch».


Un document de 1159 fait entrer dans l’histoire cet endroit désolé et humide: on y lit la confirmation de l’existence d’un ermitage placé sous la Règle de saint Benoît. Il a mission d’accueillir et de protéger les pèlerins. Très vite, l’ermitage prend le nom de «Bernardfagne» qui désigne cette terre fangeuse placée probablement, à l’origine, sous la protection de saint Bernard. L’évêque de Liège, en 1247, confie cette «pauvre maison» aux soins des religieux de l’ordre de Saint-Guillaume. La notoriété de ces moines est vite reconnue.


En 1521, le culte de saint Roch est autorisé à Bernardfagne, une dévotion qui le fait connaître rapidement aux alentours. Lors de la grande peste de 1636, plusieurs guérisons sont attribuées à saint Roch. Ceci fait grand bruit et un pèlerinage célèbre quittera désormais Liège au soir du 15 août pour arriver à Bernardfagne le 16 août, jour de la fête de saint Roch.

 





Hams-sur-heure, dans le Hainaut:




 

La Procession et Marche Saint-Roch :


En 1635, une épidémie de peste ravageait les environs. Les Hamois prièrent alors Saint-Roch de les préserver de ce fléau. Ils furent exaucés : cette maladie ne fit que quelques victimes dans le village. Pour remercier Saint-Roch, les gens de Ham-sur-Heure firent, tous les ans, une procession en son honneur.


En ces temps incertains, les processions de reliques étaient escortées de soldats. C'est cet état de nécessité qui est à l'origine des anciennes Marches de l'Entre-Sambre-et-Meuse. A Ham-sur-Heure, la procession traditionnelle s'est maintenue jusqu'à nos jours, à quelques interruptions près. C'est ainsi que chaque année, le dimanche qui suit le 15 août, la Marche Saint-Roch déroule ses fastes dans les rues et les campagnes du bourg : elle groupe des centaines de marcheurs revêtus de somptueux uniformes.


Le départ de la procession a lieu le dimanche vers midi et la rentrée dans la cour du château vers 16 heures 30.
De plus, le samedi, le dimanche, le lundi et le mardi, des groupes de marcheurs et de tambours sillonnent le village sans relâche. Une des originalités de cette marche, qui est une des plus anciennes et des plus belles de l'Entre-Sambre-et-Meuse, est la retraite aux flambeaux qui se déroule les trois jours de la fête à partir de 21 heures. Cette retraite se termine par une offrande à Saint-Roch dans sa chapelle.


La Chapelle Saint-Roch :




Elle se situe dans la rue Saint-Roch, près de la Grand Place. Elle a la même origine que la procession.

La première pierre de cet édifice baroque fut posée par Maximilien de Mérode, Seigneur du lieu, le 17 août 1636, près de la maison conventionnelle des Récollets. Elle fut terminée, si l'on en croit la date inscrite sur la façade, en 1638.

Elle n'est accessible au public que les quatre jours de la fête de Saint-Roch.

 

http://www.zouaves-hsh.be/index.php?page=hsh




Floreffe



A Floreffe existe une Confrérie des amis de saint Roch :

  le Clos Saint-Roch.






Chapelle Saint-Roch.

La Marche Saint-Roch a fêté en 2010 son 50e anniversaire .
                                 
 

Chapelle SAINT-ROCH de FLOREFFE.
 
Origine et évolution.
 
En 1621, à la mort de l’Archiduc Albert, la Belgique redevient une simple province de la Couronne d’Espagne, elle sera ainsi le champ clos où se rencontreront les armées espagnoles, allemandes, françaises et hollandaises. Aux excès de tous genres de la soldatesque se joignent la peste et la famine, le XVII° siècle est ainsi connu pour nos régions comme « le siècle de malheur » et il ne reste qu’un seul recours, les Saints !
Les documents précis faisant défaut, on doit s’en référer à ce que dit le Chanoine BARBIER dans son « Histoire de l’Abbaye de Floreffe » à propos des origines de la chapelle : « En 1632, la peste désola le pays ; le village de Floreffe ne fut pas épargné. C’est de cette époque que date l’érection de la chapelle en l’honneur de Saint Roch vis-à-vis de l’abbaye. On montre encore, dans un petit vallon à l’Orient, l’ancien cimetière des pestiférés[1] ».
 
Ces quelques lignes écrites en 1892 n’en disent pas plus et ne citent aucune source, l’auteur s’en est probablement référé à l’édifice lui-même ainsi qu’à l’histoire générale. La tradition orale quant à elle raconte qu’un seul homme ayant échappé au fléau aurait construit ou fait construire l’oratoire.
Car c’est bien d’un simple oratoire qu’il s’agit au départ, d’une petite chapelle à nef unique terminée par un chœur à trois pans. La construction, en briques du pays, est renforcée de chaînages d’angle en calcaire. On y pénètre par une porte en plein cintre aux claveaux de pierre bleue, et quatre fenêtres d’inspiration gothique laissent la lumière baigner l’ensemble. Au-dessus de la porte, une pierre porte l’inscription « IHS/1632 ».
 
Fin 1740, l’Impératrice Marie-Thérèse accède au trône de la monarchie autrichienne, quelques mois plus tard, elle désigne Charles de Lorraine gouverneur général des Pays-Bas, même si nos régions connaissent alors une période d’un calme relatif, c’est tout de même l’époque de la guerre de succession d’Autriche. Une certaine peur ravive les ferveurs et les pèlerinages sont bien fréquentés.
 
On décide donc l’agrandissement de la chapelle. Assez curieusement, celui-ci se fera en pierres, peut-être de remploi, briques de façade, chaînages d’angle et claveaux de porte sont récupérés. La nouvelle partie de la nef comme le solide jubé qu’elle comporte sont éclairés par trois occuli dont un trouve place en façade, surmontant la nouvelle pierre dédicatoire « IHS/S.ROCH/ET/S.FIACRE/P.P.N/1744[2] », alors que l’ancienne a trouvé place dans le mur sud. Au-dessus de l’occulus , une sorte de canonnière, et de part et d’autre de la porte, deux ouvertures permettant un coup d’œil à l’intérieur. La nouvelle toiture devait présenter une croupette face aux vents dominants d’ouest. On ignore si ces derniers éléments apparaissaient déjà sur la façade primitive.
 
Un siècle et demi s’est écoulé, le sanctuaire a subi les affres du temps, on s’en inquiète dans le village, une restauration s’avère d’autant plus nécessaire que des épidémies de choléra et variole ramènent les fidèles vers le Saint guérisseur[3]. On se rejette la balle entre la Confrérie de Saint Roch, la Fabrique d’église et la Commune quant à savoir à qui incombent les travaux et qui est propriétaire des lieux. Le Conseil communal rejette la requête du Curé GERARD[4] qui, après avoir organisé une collecte, sollicitait la collaboration communale pour réaliser les travaux. C’est finalement grâce à une souscription publique suscitée par le « garde » du Séminaire, que la restauration aura lieu.
 
Peu de changements dans l’aspect extérieur, on profite seulement des réparations à apporter à la toiture pour sommer la croupette de façade d’un clocheton à crois de fer forgé qui accueillera la petite cloche acquise par la Confrérie[5]. L’intérieur est enduit, la voûte lambrissée et l’autel remanié dans le style néogothique de l’époque. C’est l’aspect que l’on connaît toujours aujourd’hui.
 
Dans la foulée des pèlerinages.
 
Dans sa remarquable « Histoire de Floreffe », J-M. PECTOR explique que «de pieuses personnes ont enfoncé des clous dans les trois tilleuls voisins de la chapelle…. Ils sont très visibles dans le tilleul situé près du chœur du sanctuaire…. D’autres… sont en cuivre et leur tête est cerclée d’un petit anneau. Ce fait semble indiquer qu’une médaille du saint à invoquer s’y trouvait suspendue… ».
Les progrès de la médecine, l’apparition de la pénicilline et la profusion d’autres antibiotiques mirent progressivement fin à la carrière médicale de Saint Roch. Mais restait la « peste de l’âme », c’est apparemment pour lutter contre elle qu’à l’époque de la dernière restauration de la chapelle, fut instaurée la Confrérie ou Société de Saint Roch. Ce type de Confrérie apparaît dès 1739 et vise surtout à gagner des indulgences.
Et aujourd’hui ?
De temps à autre un mariage ou un baptême, une activité culturelle, et chaque année, le dimanche suivant le 15 août, la traditionnelle messe des Turcos, compagnie locale des Marches de l’Entre-Sambre-et-Meuse[6].
 
Merci à vous de vous y être arrêté quelques instants.
 
 
                                                     Texte distribué à la chapelle par André Lessire
 


[1] Derrière la chapelle, au fond du ravin de « Crolcul », se situait le cimetière des pestiférés dont des traces subsistèrent jusqu’en 1906. Le chemin qui court au fond de la vallée est encore appelé par les aînés « li vôye dès mwârts », il se prolongeait par les campagnes vers Bois-de-Villers et Profondeville même (cf. « li tiène dès mwârts » entre les deux localités).
[2] Saint Fiacre, protecteur des jardins, couvre ainsi de ses bienfaits les jardins de l’abbaye qui s’étendent au pied de la chapelle.
[3] Une autre période de dévotion accrue apparaîtra après la première guerre mondiale, lors des épidémies de paratyphus ou grippe espagnole.
[4] Séance du 18 octobre 1866.
[5] Elle porte les inscriptions « Cloche offerte par la Société St Roch/O. MICHAUX SUCC ALPH. BEULLENS LOUVAIN 1906/Parrain : Mr J. de Dorlodot/Marraine : Me J. Capelle ». Diamètre 43 cm, hauteur totale 41,5 cm.
[6] Renseignements au 081/44 01 05, LESSIRE André.


Compagnie des TURCOS de FLOREFFE.
 
Marches militaires de l’ESEM.
Vieille tradition que celle des marches militaires dans l’Entre-Sambre-et-Meuse. Sans remonter à la nuit des temps, le concept d’escortes armées pour la protection des reliques semble antérieur au XVI° siècle.
Cette protection rapprochée ne paraît pas être la seule origine des marches, de telles manifestations ayant eu lieu lors de la guerre des religions, pour conjurer certains cataclysmes ou réaliser un vœu, lors de réception de personnages illustres.
Quoi qu’il en soit, on marche toujours en l’honneur d’un Saint dont on perpétue ainsi certaines traditions liées au culte.
Marches militaires à Floreffe.
La présence de marcheurs à Floreffe est étroitement liée à la procession honorant Saint-Feuillen à Fosses. Des marcheurs floreffois sont déjà à Fosses au milieu du XVI° siècle, l’Abbé de Floreffe célébrant ou présidant la procession à cette époque. Différents écrits mentionnent également la présence des Floreffois au fil du temps et des circonstances.
Peu ou pas d’uniformes à l’origine si ce n’est une certaine « mode militaire » issue des Milices communales et des Serments. Ce sont les campagnes napoléoniennes qui vont inspirer les marches puis, une fois cette époque révolue, on puisera dans la période hollandaise et les débuts de la Belgique. Avec un retour vers Napoléon au début du XX° siècle, deux grandes tendances sont apparues, ce qu’on appelle le Premier Empire, napoléonien, et le Second Empire, postnapoléonien.
A Floreffe, on veut à la fois officialiser et concrétiser la marche hors du contexte de la Saint-Feuillen, des Compagnies se créent, Zouaves, Turcos, Cyclistes même. Les Turcos font probablement leur apparition vers 1886, suite à l’engouement suscité par ces troupes durant la guerre de 1870. On va même plus loin dans les suppositions en parlant des « Bleus » de tendance libérale, et de « Rouges » de tendance catholique, mais c’est là un autre débat.
La première guerre mondiale va mettre fin à ce folklore qui renaîtra cependant quelque peu dans les années vingt avant de s’éteindre définitivement, … sauf dans les mémoires.
Le 11 mai 1970, à l’instigation du Syndicat d’Initiative, un petit groupe remet sur pied la Compagnie des Turcos. On s’informe, on cherche, on se documente, on y va fort, tant et si bien que le 22 septembre suivant, la Compagnie des Turcos de Floreffe, avec une bonne vingtaine d’hommes aux costumes flambant neufs, est présente à la procession septennale de Saint-Feuillen, fière d’y déployer le vieux drapeau de 1910.
Sur la lancée, il est décidé d’organiser une Marche Saint-Roch à Floreffe, la première a lieu les 22 et 23 août 1971 dans le cadre du 850° anniversaire de la fondation de l’Abbaye. Outre les Turcos, des Compagnies venues des quatre coins de l’ESEM forment le long cortège coloré qui parcourra Floreffe, Buzet et Sovimont. C’est le premier « Grand Tour Saint-Roch » qui se déroulera, dorénavant, tous les quatre ans.
Cette année 2011, le onzième « Grand Tour Saint-Roch » sillonnera les rues de la commune les 21 et 22 août, la chapelle Saint-Roch vibrera au son des tambours et des fifres le dimanche en fin d’après-midi lors du traditionnel feu de file, et le lundi matin, avec la messe solennelle en l’honneur du saint Patron. Tous renseignements peuvent être obtenus auprès de l’Office du Tourisme de Floreffe et chez Monsieur Claude CHEVALIER, président de la Compagnie, au 081/44 06 32.

 



Dans la vallée de Molignée, sur la commune de Onhaye,

la chapelle saint Roch


Située en plein coeur de la vallée de la Molignée, à proximité des ruines du château de Montaigle et sur le territoire de la commune d'Onhaye, la chapelle Saint-Roch, dite aussi chapelle Thonon, ne passe pas inaperçue lorsqu'on circule sur la N971, la route de la Molignée, tellement son état est devenu délabré.

 

Quelques habitants de la région de la Molignée, inquiets par cet état, ont décidé de prendre en charge la restauration de cette chapelle construite en 1853.

 

Elle est située en face du petit pont menant aux Ruines du château de Montaigle et au château Boël. Celui-ci fut d'ailleurs construit sur l'emplacement d'une ancienne auberge-taverne dont l'enseigne était (1910) "A la Truite d'Or" - reprise depuis lors par un nouveau restaurant bien connu des gastronomes pendant les années de guerre 1940-1945.

 

Le centre de la porte de la chapelle porte un motif actuellement impeccable, en fonte, provenant vraisemblablement des Fonderies Nestor Martin à Huy. Cette probabilité est fondée sur la similitude parfaite avec certaines grilles de décoration de poêles de salon : même style, même motifs.

 





http://www.maredret.be/valleedelamolignee/chapellesaintroch/contenu.htm



Luxembourg



Afficher la suite de cette page



Créé avec Créer un site
Créer un site